PS: Sézane is now B Corp certified! From our environmental footprint to our engagement in the community, B Corp is a stringent independent label for what we stand for

Changer de pays de livraison ?

Si vous changez de pays de livraison, votre panier sera mis à jour.

LE VESTIAIRE DE L'IVY LEAGUE

Difficile de parcourir un article de mode masculine ou de se balader sur un site qui parle de près ou de loin de comment s’habillent les hommes sans croiser une référence à la fameuse Ivy League. Mais qu’entend-t-on par Ivy League, et comment l’allure de jeunes de bonne famille étudiant dans un club fermé d’universités a-t-elle influencé l’allure des hommes pour des décennies ?

"Pour les hommes qui s’intéressent à leur style, les repères sont importants, que l’on décide de s’y tenir à la lettre, de s’en affranchir, voire de les associer."

  Pour les hommes qui s’intéressent à leur style, les repères sont importants, que l’on décide de s’y tenir à la lettre, de s’en affranchir, voire de les associer. Au même titre que le costume ou le sportswear par exemple, le style Ivy League est une de ces pierres angulaires. 

 Ce style est né d’une classe sociale : celle des étudiants des plus prestigieuses fac américaine. L’Ivy League a d’abord désigné un club fermé, celui de 8 universités (Harvard, Yale, Princeton, Pennsylvania, Columbia, Dartmouth, Brown, et Cornell) toutes nichées sur la côte Nord-Est des États-Unis, et où étudie depuis plusieurs siècles la jeunesse la plus aisée du pays. Il y a donc un cadre familial, moral, vestimentaire, celui de la grande bourgeoisie américaine.  

La plupart des écoles éditent d’ailleurs un dress code. Dans celui de Yale, parmi les 20 règles, on peut notamment lire que pour un rendez-vous galant il faut « porter un blazer et une cravate », ou encore que « les pantalons peuvent être dans n’importe quelle matière, mais pas moulants ». Jusque dans les années 1960/1970, le costume reste encore la règle pour les hommes, et les connaissances autour de celui-ci sont transmises aux jeunes garçons, encore plus dans les familles aisées. Les vêtements eux-mêmes passent de génération en génération et portent les stigmates de ces multiples vies. 

 

 Mais ce qui fascine dans le style des étudiants de l’Ivy League entre les années 1930 et les années 1960, c’est la décontraction et la liberté avec laquelle ils jonglent avec ces différents cadres pour définir des silhouettes qui n’ont pas pris une ride aujourd’hui. Un sweat col rond transformé en t-shirt, une vareuse ou un ciré portés sur une chemise oxford, une paire de chaussettes blanches sur des mocassins usés… Comme n’importes quels étudiants, ils s’affranchissent du style de leurs parents. 

Chino

C’est LE pantalon le plus porté sur les campus à l’âge d’or de l’Ivy League. Blanc, crème, sable, bleu marine. Plus habillé que le jeans, presque indestructible, cet ancien attribut militaire est adopté et chéri par cette jeunesse issue de la bourgeoisie mais qui vit une vie d’étudiant où l’argent ne coule pas à flot. La coupe évolue au fil du temps. Plus large dans les années 1930-40, il est plutôt porté court dans les années 1960 et laisse apparaitre les chaussettes, ou les chevilles en été. Une fois qu’ils sont trop usés, il arrive qu’ils finissent en shorts.

 Chemise Oxford

Button down, évidemment. La chemise américaine classique, depuis son invention au tout début du XXè siècle, quand un col polo (avec les pointes boutonnées) a été greffé sur une chemise Oxford. Elles étaient prisées dans toutes les couleurs par les élèves comme les professeurs, qui la portaient avec une cravate ou sous un pull shetland. Elle avait même son petit nom sur le campus, OCBD (pour Oxford Cloth Button Down).

"Le cocktail de l’Ivy League doit beaucoup à ce mélange de vêtements de qualité et d’une volonté de les porter à sa façon."

 Hoodie

Né dans les années 1920 à partir d’une capuche cousue sur un sweat col rond, le hoodie est pensé pour garder la tête au chaud après le sport et explose dans les années 1950. Avec toutes les activités sportives du campus et la rigueur du climat du Nord-Est des États-Unis, les hoodies étaient un des vêtements les plus portés sur le campus en dehors de l’été. Il était aussi un des meilleurs moyens de signifier au monde son appartenance, que ce soit à l’université ou à une confrérie.

 Les pièces sportives

Un des mantras de l’Ivy League « Study Hard Play Hard » (travailler à fond, jouer à fond) synthétise les deux éléments qui rythment la vie des campus. Les cours et le sport. Le style Ivy League doit beaucoup à cet emploi du temps bien rempli. Les pièces classiques sont très souvent associées à des pièces sportives. Chaussettes blanches de sport dans des mocassins, T-shirt col rond porté sur un chino ou un short madras, ou encore une varsity jacket sur une chemise oxford. Les rivalités historiques entre les différentes facs se prolongent sur le terrain. Ainsi, afficher les couleurs de son école sur son sweat ou sur sa varsity est bien vu, voire recommandé. 

Disponible en Marine

Sweatshirt Oswald — 90€

Disponible en Blanc

T-Shirt East College — 45€

"Ce mélange des genres fait tout le sel du style Ivy, parce qu’il apporte une décontraction et une modernité qui fait encore sens 60 ans plus tard."

 Mocassins

À l’origine chaussure du week-end et de la décontraction pour ceux qui portaient la derby à la ville, le mocassin s’émancipe dans les années 1960. Et notamment chez la jeunesse de l’Ivy League où il est omniprésent. Certains ont aussi récupéré ceux de leurs pères, et les portent usés jusqu’à la corde. Et pour la petite histoire, si le mocassin est surnommé « penny loafer » aux États-Unis, c’est parce que les étudiants de l’Ivy League avait l’habitude de glisser une pièce d’un penny dans la bride.

*Pour aller plus loin, l’ouvrage Take Ivy constitue une bible du style Ivy League originel. Ses auteurs japonais ont passé des mois sur les 8 campus des universités de la fameuse league et y ont capturé et chroniqué ses us et coutumes, notamment le style des étudiants de l’époque. Culte. Toutes les photos de cet article sont issues de cet ouvrage.

Take Ivy, Powerhouse Books, photos de Teruyoshi Hayashida

LA COLLECTION

Nous sommes désolés, cet article n’a pas pu être ajouté à votre panier. Veuillez réessayer d’ici quelques minutes

Vous devez être connectée afin d'ajouter un article dans votre wishlist.
Vous allez être redirigé vers la page de connexion.

Cet article est bientôt disponible.

Cet article est bientôt disponible dans cette déclinaison.

Voir les autres déclinaisons disponibles

Chargement…
Chargement…